lundi 22 mai 2017

Everything, Everything de Nicola Yoon

Lu pour le book club sur Livraddict, j'ai été agréablement surprise par ce livre Young adult

Résumé

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.



Mon avis

Je me suis lancée dans ce livre sans vraiment lire le résumé. Au départ, j'avoue avoir eu une impression de mélange de "Wonder" et "Nos étoiles contraires" que j'avais trouvé trop pleins de bon sentiments. Finalement, mon ressenti est assez positif, notamment au vue de la seconde partie et des conséquences de certains choix.

Le couple Olly-Maddy est mignon, j'ai aimé leur approche de séduction et leur franchise relative l'un envers l'autre.
J'ai aimé aussi la relation mère fille, même si cette fusion due aux effets de la maladie de Maddy peut être troublante au départ. Garder sa fille dans cette bulle est un certain sacrifice. De même, son infirmière apporte une vraie touche d'humanité dans l'univers assez aseptisé et rodé de Maddy.
Quand à Olivier, jeune homme avec ses soucis propres, il est finalement assez éloigné du prince charmant mais son comportement, sa gentillesse apparaissent rapidement.

La maladie est abordée sous un angle différent, plus sur les conséquences et les risques que vraiment la pathologie en elle même et certains passages qui pourraient sembler approximatif sont finalement assez cohérent dans la globalité du livre.

Au total : Un livre YA de bonne qualité avec un couple plutôt mignon et l'accent mis sur la relation mère/fille

https://4.bp.blogspot.com/-hn4srTcpc-s/V_dtDpO6J9I/AAAAAAAAGlw/0sOc0Om6ojEeZsBMKdoez5azagYbn3GsgCLcB/s320/abclogoshadow.gif
Lettre Y : 360 pages

mercredi 3 mai 2017

"Orgueil et préjugés" de Jane Austen

Relecture d'un classique que j'ai découvert en VO pour la première fois. (Je viens de me rendre compte que je ne l'avais jamais chroniqué sur ce blog...)

Résumé (pris sur livraddict)


Orgueil et préjugés est le plus connu des six romans achevés de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d'un mariage: l'héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett qui n'est pas riche, aimera-t-elle le héros, le riche et orgueilleux Darcy ? Si oui, en sera-t-elle aimée ? Si oui encore, l'épousera-t-elle ? Mais il apparaît clairement qu'il n'y a en fait qu'un héros qui est l'héroïne, et que c'est par elle, en elle et pour elle que tout se passe.




Mon avis

Que dire de plus qui n'a déjà été dit. Orgueil et préjugés est un classique de la littérature anglaise, témoin d'un époque où les femmes étaient plus marchandises que maitre de leur destinée.

J'ai été assez surprise par l'accessibilité de ce texte en VO, probablement facilitée par le fait que je connaissais la trame principale. Mine de rien, ne l'ayant pas lu depuis un moment, j'ai été surprise de certains détails sur des personnages secondaires qui ne sont pas négligeables.

Quelque soit la version, Lydia et sa mère sont particulièrement insupportables de bêtises... Jane est assez transparente et Elizabeth garde sa place d’héroïne austenienne par sa culture, humour et répartie.

Au total : Un classique anglais abordable en VO (en tout cas en connaissant la trame) et une relecture bien sympatique ! "J'enchaine" sur Persuasion du coup.
PS : Pour une première approche, l'adaptation par le BBC est vraiment fidèle, celle avec Keira Knightley moins, mais la scène sous la pluie dans le parc est magnifique!


https://4.bp.blogspot.com/-hn4srTcpc-s/V_dtDpO6J9I/AAAAAAAAGlw/0sOc0Om6ojEeZsBMKdoez5azagYbn3GsgCLcB/s320/abclogoshadow.gif
Lettre A : 380 pages